Margaux Lonnberg, la créatrice à connaître

Organiser un rendez-vous avec Margaux Lonnberg s’avère plus compliqué que l’on imaginait.

L’agenda de la créatrice de sa marque éponyme s’apparente à celui d’un ministre, le skate et les tatouages en plus…

 

Une fois installé en tête à tête avec elle dans son studio parisien, on comprend mieux. Le succès qu’a connu sa marque depuis sa création il y a quatre ans ne doit rien au hasard.

 

Margaux Lonnberg est une marque qui, tout comme sa créatrice, n’a pas fini de nous surprendre.

 

Son CV Mode

 

PROFESSION : Fondatrice de Margaux Lonnberg.

STYLE : Le cool monochrome.

MARQUES FAVORITES : Acne, Anine Bing, Les Prairies de Paris.

UNE PIECE FETICHE : Le débardeur.

UNE REGLE : Ne jamais faire du skate avant un rendez-vous important.

UN ENDROIT DE PREDILECTION : Marrakech.

UNE SOURCE D’INSPIRATION : Les films de Jim Jarmusch.

 

Margaux Lonnberg, qui es-tu ?

 

Oh là là, quelle question ! J’aimerais bien savoir ! Alors… Je suis Margaux Lonnberg. J’ai 30 ans. Au départ mon métier n’était pas du tout la Mode. D’ailleurs je ne dis jamais que je suis créatrice. J’ai une maîtrise d’Histoire de l’Art. J’ai commencé ma carrière en travaillant aux côtés de mon père, dans l’univers de l’art.

 

J’ai pris un tournant vers la mode avec mon blog que j’ai crée en 2009. Un jour, j’ai rencontré par hasard Garance Doré qui m’a photographiée à plusieurs reprises depuis. Nous avons sympathisé et elle m’a donné quelques conseils, dont « les gens aiment beaucoup ton style, ce serait bien que tu crées ton blog ».

 

Le-Blog-La-Brand-Boutique---interview-Margaux-Lonnberg--1

 

Quand je regarde en arrière je me dis que ce blog, qui mine de rien a comptabilisé 10 millions de vues, représentait en quelque sorte les débuts de ma marque. J’y mettais des photos qui étaient des mises en scène de ma vie, de mon univers, de ma façon de porter un vêtement. De ces images ressortaient un style et un mode de vie, et finalement ce que je développais, sans forcement le savoir, était les racines d’une marque.

 

J’ai fini par arrêter le blog car à un moment, mettre toute ma vie sur internet ne m’amusait plus. A mes débuts en 2009, le web n’était pas du tout comme aujourd’hui. Facebook existait à peine. Quant à Instagram, on n’y songeait même pas. Tout a tellement changé…

 

Quelle a été la genèse de la marque ?

 

Aujourd’hui la marque a quatre ans. Les débuts étaient un vrai tourbillon. Avec Warren (Guetta, l’associé de Margaux) nous avons décidé de monter une marque de vêtements à la fabrication parisienne et trois semaines plus tard, c’était fait !

J’ai la chance d’avoir un associé avec qui j’ai une complicité incroyable.

On se connaît par cœur. On était ensemble avant. Travailler avec quelqu’un qui me connaît comme Warren me connait, avec qui je suis en confiance à 100%, est un énorme atout.

 

Tu as toujours vu la marque en grand ?

 

Je n’avais pas forcément envisagé ce que Margaux Lonnberg la marque allait devenir. J’ai commencé avec une pièce simple, le T-shirt, sans imaginer ce que j’allais être capable de créer plus tard. Autodidacte de la mode, je fais des esquisses de ce que j’ai dans ma tête et je travaille avec des modélistes qui m’aident à arriver au vêtement fini.

 

Pour revenir à ta question d’avant, je dirais que l’essence, la genèse de la marque, c’est le T-shirt. Ce que j’aime par-dessus tout dans cette pièce c’est qu’on peut la porter pour dormir ou pour sortir, chez soi ou dehors. Plus on la porte, plus elle devient intemporelle et chic. Le T-shirt c’est la pièce qui peut s’adapter à toutes les circonstances.

 

Le-Blog-La-Brand-Boutique---interview-Margaux-Lonnberg--2

 

Qu’est-ce que tu as à l’esprit quand tu crées une collection ?

 

Quand je crée, j’essaie de trouver ce que j’ai envie de porter.

Parfois je n’y arrive pas, l’angoisse de la feuille blanche m’atteint et parfois j’y arrive en 5 minutes ! Il n’y a pas de règle.

 

On dirait que tu aimes beaucoup les rayures et les carreaux ?

 

J’adore trainer dans les friperies et les pulls marinière, les Saint James par exemple, attirent toujours mon œil. C’est une pièce intemporelle. Aussi, j’ai toujours eu une passion pour les vestes à carreaux. Plus jeune, j’en avais une tonne ! Aujourd’hui je me dis que c’est à travers les rayures et les carreaux que j’impose une structure au vêtement.

 

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

 

L’art pour les matières et les couleurs. Le cinéma aussi pour les mêmes raisons. J’adore les films de Jim Jarmusch. Quand on les regarde, on a l’impression de pouvoir mettre la main dedans, de tout toucher. Aux débuts de la marque j’utilisais beaucoup les couleurs mais depuis, je me suis un peu calmée. Je suis devenue un peu plus adulte dans mes goûts et mes préférences. J’ai beaucoup évolué depuis 3 ans.

 

Quand j’ai monté la marque, j’avais tellement de choses à prouver. C’est dur de se défaire de l’identité de la blogueuse mode. L’étiquette te colle à la peau. J’avais besoin de montrer que je n’étais pas « juste » une blogueuse qui créait sa marque de vêtements. Aujourd’hui je me rends compte que mon univers en ligne n’était pas vraiment un blog mais plutôt un moodboard auquel les gens adhéraient. Comment je pourrais être blogueuse, moi qui ne comprends même pas les hashtags !

 

Y a-t-il une créatrice que tu admires particulièrement ?

 

Oui. Isabelle Marant, sans hésitation. Je trouve le parcours de Victoria Beckham intéressant aussi. Même si elle n’était pas ma Spice Girl préférée. C’était plutôt Geri…

 

Margaux Lonnberg est une marque « Made in Paris. » Tu es parisienne ?

 

Oui mais pas à 100%. J’ai des racines nordiques et j’ai longtemps vécu au Maroc. A Paris j’ai toujours été dans le Marais et dans le 11ème. Aujourd’hui notre studio est juste à côté dans le 10ème.

 

D’où vient selon toi la fascination pour la parisienne ?

 

Personnellement je suis plutôt fascinée par le style de la new-yorkaise ! Ou l’anglaise ; j’adore Jane Birkin par exemple.

 

Tu savais que quand on rentre ton nom dans google la phrase « Margaux Lonnberg cheveux » est parmi les premiers résultats ? Tu en penses quoi ?

 

Aujourd’hui, rien du tout ! (Elle se lève, se regarde dans le miroir, hurle de rire et met ses cheveux dans un chignon « ébouriffé », tout en rigolant.)

 

Une pièce fétiche ?

 

Les combinaisons. Et les débardeurs. En noir ou en blanc. Je m’habille toujours en monochrome.

 

Le-Blog-La-Brand-Boutique---interview-Margaux-Lonnberg--3

 

Quelles sont les marques que tu portes en dehors de Margaux Lonnberg ?

 

Acne. C’est mon côté scandinave qui ressort. J’aime les coupes très droites, un peu oversize. Pour les jeans je suis fan d’Anine Bing, la marque made in LA. American Apparel reste mon adresse fétiche pour les basiques. Et enfin Les Prairies de Paris parce que j’adore la créatrice. J’ai fait des photos pour elle en 2011.

 

Tu as fait du mannequinat ?

 

Un peu oui. Pour Ba&sh par exemple. Même si la campagne a failli ne pas se faire à cause d’un petit incident de skate la veille du shooting…

 

A plat ou à talons ?

 

A plat. Jamais en talons. Jamais !

 

Un mode de transport ?

 

Le skate.

 

Jamais sans mon…

 

…mes tatouages. J’en ai 18. Il n’y a quasiment que des mots. Et une grande plume. J’aimerais bien en refaire un. J’adore la sensation d’être tatouée.

 

Voir quelqu’un porter une pièce Margaux Lonnberg te fait quel effet ?

 

C’est très agréable. Je trouve ça cool ! Et surtout ça me donne envie de continuer.

 

Quelles sont les prochaines étapes pour Margaux Lonnberg ?

 

Continuer, justement. Et grandir. Avec mes collections je vis, j’évolue. J’ai beaucoup de chance car je n’ai pas l’impression de travailler…

 

notre selection

Articles

laissez-nous
un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

1 commentaire

  • ju

    bonjour, quel pantalon Margaux porte-t-elle sur les photos en noir & blanc? merci! 😉

dans le même style